T : 418 952-1133

Diminuer sa consommation de viandes : Oui, mais pourquoi? Partie 1

La saison estivale tire à sa fin, mais l’odeur de la viande grillant sur le barbecue est encore fraîche dans nos mémoires et celle des bons mijotés d’automne commence à imprégner nos maisons. La viande occupe pour la majorité d’entre nous une place importante dans notre alimentation. Pour certains, la simple idée de couper la viande de leur régime alimentaire les fait frissonner. Mais sans nécessairement l’éliminer complètement, pourquoi ne pas essayer d’en diminuer sa consommation quotidienne? Cela semble plus compliqué qu’il n’en est en réalité!

Vous n’êtes pas convaincu?

Amélioration au niveau de la santé, diminution de la facture d’épicerie, réduction des gaz à effet de serre (GES), tout le monde gagne à réduire sa consommation de viande!

Meilleur pour votre santé

En diminuant sa consommation de viande et en augmentant son apport en protéines végétales, on améliore notre santé à plusieurs niveaux. En effet, en mangeant une plus petite quantité de produits carnés, on diminue par le fait-même notre consommation de gras saturés et de cholestérol, deux gras associés à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires. De plus, une augmentation de la consommation de substituts de la viande comme les légumineuses et le soya, qui contiennent de bons gras (mono et polyinsaturés) et des fibres, aide à la régulation du cholestérol sanguin ce qui favorise également une bonne santé cardiovasculaire.

En réduisant notre apport en viande au profit des protéines végétales, on favorise le maintien d’un poids santé. Les fibres, entre autres, qui sont contenues dans les aliments comme les produits céréaliers à grains entiers, les noix et graines, les légumineuses et le soya aident au maintien d’une glycémie stable ce qui leur confère un effet rassasiant.

Isoflavones, flavonoïdes, caroténoïdes, polyphénols sont des mots que vous avez déjà entendus, mais n’avez jamais vraiment su ce que cela mangeaient en hiver? Eh bien toutes ces molécules  sont des composés phytochimiques faisant partie de la grande famille des antioxydants, famille qui comprend également plusieurs vitamines et minéraux. On retrouve les antioxydants majoritairement dans les végétaux comme les légumes et fruits, les noix, les légumineuses et les grains entiers. Ces composés sont intéressants pour notre santé puisqu’ils auraient un effet protecteur pour nos cellules contre des déchets néfastes (radicaux libres) autant produits par l’organisme que par l’environnement. Des études ont même avancé qu’une alimentation riche en antioxydants aurait un effet préventif contre certains types de cancers, mais les mécanismes expliquant le phénomène ne sont pas encore très bien compris. Toutefois, il faut faire attention, les antioxydants sont bons pour la santé, mais ce ne sont pas des molécules miracles qui vous protégeront à elles seules et à coup sûr des maladies. Il s’agit plutôt de les intégrer à notre alimentation en consommant davantage de produits végétaux qui en contiennent naturellement.

Saviez-vous également que la consommation de viande rouge (bœuf, agneau, chèvre, porc, veau, cheval et gibier) et de viande traitée (charcuteries) serait associée à un plus haut risque de développer un cancer colorectal?  Plusieurs phénomènes pourraient expliquer cette association. Tout d’abord, le fer hémique contenu dans la viande semblerait occasionner des dommages à la muqueuse du côlon. Ensuite, la viande rouge favoriserait aussi la formation de composés N-nitrosés qui sont des composés potentiellement cancérigènes. De plus, lorsque la viande est cuite à haute température, des produits toxiques appelés hydrocarbures, benzophrènes et amines hétérocycliques apparaissent. Finalement, les nitrites contenus dans plusieurs produits de charcuteries se modifient une fois dans l’organisme pour devenir des nitrosamines, composés chimiques encore une fois cancérigènes. Conséquemment, la société canadienne du cancer recommande de ne pas consommer plus de trois portions de 85g de viande (avant cuisson) par semaine.

Manger une alimentation de type végétarienne ou semi-végétarienne serait également associée à la longévité. Cela pourrait s’explique par le fait que la diminution de la consommation de viande, comme expliqué plus haut, apporte plusieurs bienfaits pour la santé comme par exemple la gestion du poids ou encore la diminution des risques de maladies cardiovasculaires, tous deux associés à la mortalité prématurée. De plus, une alimentation riche en antioxydants aurait également un effet positif sur la longévité comme le rapporte un article de Benzi et Choi paru en 2014, mais les raisons l’expliquant ne sont pas encore claires.

Eh puis, pensez-vous que c’est réaliste de diminuer votre consommation de viande? Êtes-vous prêt à relever le défi?

Ne manquez pas la deuxième partie de cet article : Pourquoi diminuer sa consommation de viandes?  Partie 2.

Par Anne Bisson-Petit
stagiaire en nutrition pour Hélène Baribeau, nutritionniste

Source de la photo: http://vegetarisme.monipag.com/2013/12/30/journee-internationale-sans-viande/

Comments are closed.